Coin des potes - 2004

Une journée comme les autres,
la panne habituelle, quoi ..... !

 

Ouf, je suis rentré, quelle journée et pourtant tout avait bien commencé.

Taz me dit " Raconte sur le forum " mais c'est trop long l'histoire de panne, comme d'habitude, tous les ans dès qu'il fait beau ça recommence, je suis toujours en rade ...

 

Hier soir, insensé, je dormais déjà devant la télé, et sur les coups de 23 heures je me fais réveiller par un hirsute avec dans les mains la barre que je cherche depuis deux ans afin que la moto soit finie, compléte, comme je l'avais acheté en 76.

Incroyable, aux Moto-Légende, il y avait un gars qui avait une caisse de pièces avec cette barre toute neuve, trois jours sur sa moto avant qu'il ne pose un porte-bagages. Et en plus, ce bon Christian raméne dans le lot un ressort de selle pour la vieille.

30 Mai 2004Donc le matin, ça démonte et alors là, une autre vision des choses quand tout est fini, la mille est compléte.

Sur les coups de onze heures, je file à Epinal, il y a un rallye de vieillles voitures qui fait étape au bord du canal, et pendant que les participans visiteront l'imagerie, je pense prendre quelques photos de ces merveilles, des De Dion Bouton, Renault 1913 etc...

Evidemment avec une arrière pensée pour vous, je vois déjà des grandes oreilles se profiler sur les photos.

Epinal, c'est pas loin, dix kilomètres, et je pensais que la foule serait au rendez-vous pour m'applaudir et dire " La barre, tiens bon la barre... "

J'en ai fait huit, de kilomètres, en tout et pour tout, et tout d'un coup, comme d'habitude avec la charrette là, une explosion, on débraye, faut gagner un maximum de mètres en roue libre, toujours ça de moins à pousser et j'arrive à me mettre sur le côté.

Vite fait le diagnostic, comme d'habitude c'est toute la saleté qui reste dans le réservoir qui continue à causer des soucis, j'ai pourtant l'année passée tout vidangé, bien traité, remis deux filtres à essence en plus, mais quand un paquet de rouille se désagrége dans l'essence, c'est foutu, il n'y a plus rien qui sort du tuyau.

Et comme d'habitude, j'allais pas loin, donc pas de portable et pas de tournevis, mais vingt secondes plus tard je fais signe à une Varadéro qui s'arrête aussi sec.

C'est un belge, il est parti hier d'AntWerpen et il essaie à tout prix de trouver des petites routes avec des virages et de la montée.

On commence donc par toutes les explications et marquage sur sa carte pour que son week-end soit réussi ici, et après je lui explique que je peux pas trop l'accompagner car je suis un peu en cale séche.

Ce bon samaritain de flamand a dans sa trousse de toilette le nécessaire pour que je démonte la durite d'arrivée de la pompe à essence, et un nettoyage rapide des filtres ne donne pas de résultat, c'est comme l'année dernière quand j'étais revenu pendu derrière un camion, toute la saleté doit avoir bouché complétement la sortie du réservoir, la pompe, le robinet d'essence et tout le toutim.

Ami Bruno est parti chez lui en Italie à Nerveza Della Battaglia, et j'ai le bec dans l'eau pour le dépannage.

Heureusement, je connaîs un voisin rendant service, et il trouve une solution.

Son copain Olivier a une petite remorque, et aussitôt il se pointe pour partir rechercher la moto.

En voyant la carriolle qui doit lui servir normalement à aller chercher le foin pour les lapins, je crains le pire, mais il est sur de son coup. Et ça s'est pas trop mal passé, on a eu du mal, pourtant je lui avais dit qu'elle faisait trois cent kilos, alors la moto est rentrée vivante, mais le fond de caisse de sa remorque est bon lui aussi pour une réparation.

C'est pas le tout, on discute, on discute, mais maintenant il faut que j'essaie de nettoyer le réservoir et tout le bazar, alors.......

@ + Daniel


Copyright Moto Club Des Potes, 2004