..Le Journal International des sports motorisés
 

Gueules d’Exception

Deux œuvres indispensables à avoir dans sa bibliothèque

Chez Sport Moteur on aime faire différent, lorsque l'on reçoit un dossier presse on ne se contente pas de faire un copier-coller de celui-ci, lorsque l'on veut parler d'un sujet, on le fait tout simplement. Dans ce reportage il y a peu de photos, beaucoup de passion, d'émotion et il est entrecoupé des réponses des auteurs.

Alors voici un reportage totalement ...

Il y a des livres passion, des livres que tu lis d'une traite, des livres que tu dévores etc...

Il y a autant de façon de lire un livre que de lecteurs certains vous conseilleront : Comment lire des livres, Comment comprendre un livre, Comment choisir un livre, Comment apprendre à lire, etc...

Mais il y a des livres qui te prennent aux tripes et toutes ces questions disparaissent rien qu'à leur vue dans ta bibliothèque et lorsque tu les ouvres. Je vais parler de deux livres qui m'ont touché ces dernières semaines et je vous donne rendez-vous en fin de page.

Je commence par le Livre de Bruno des Gayets avec des légendes de Claude de La Chapelle "Gueules de Motard(e)s"


Bruno des Gayets

Claude de La Chapelle

Je vous ai déjà parlé de ce livre dans notre reportage sur le Mondial Paris Motor Show 2018. Déjà car ma pomme s'y trouve avec ma partie Moto Club des Potes, page 39 et Bruno Laurent, page 106.

.      

Parlons de ce livre et de son essence qui sont ces Photos, qui font ressortir par un simple regard la femme ou l'homme et la pureté instantanée de ce qu'elles ou qu'ils représentent. Il n'est pas permis à beaucoup de photographes de savoir saisir l'éclat d'un regard. Je connais un bon paquet de personnes dans ce livre et après avoir regardé les 365 photos, j'avais l'impression qu'elles ou qu'ils étaient face à moi.

.    

Connaissant les conditions de prises de vue, Bruno des Gayets a réussi un exploit et rien que ceci fait que ce livre est culte, je ne parlerai pas des textes qui habillent ces photos car ils nous transportent dans l'intimité tout en préservant celle-ci, paradoxal vous allez me dire. Je vous dirai que Claude de La Chapelle a réussi un tour de force hors du commun car comme une partition dans un chef-d'œuvre il n'y a aucune fausse note.

.      

Posons une première question à Bruno : raconte-nous ta passion moto ?

Bruno des Gayets :

Première sensation de liberté en 2 roues en 1969 avec la Cady M1PRT rouge de ma sœur, engin que je lui ai ensuite "confisqué" quand elle n’habitait plus avec nous… et que j’avais (enfin) atteint l’âge de 14 ans, plus tard mon père m’offrira un beau Peugeot GT10 que je possède toujours.

Je suis né en octobre 1957 et je suis un grand frustré du permis moto, à seulement 4 mois près, en effet en mars 1973 la loi change et le permis grosses cylindrées passe de 16 à 18 ans (je devais attendre l’âge de 18 ans pour le passer, alors que la plupart de mes camarades d’études arrivaient au lycée en 350 CB Honda, CB750F, voire en Norton Commando). Finalement je passerai mon permis qu’en… 1998, à 41 ans !

Je suis arrivé à Paris en 1978 pour mes études supérieures et j’ai ensuite pousuivi ma carrière de photographe de presse, pendant 15 ans j’ai usé jusqu’à la corde 3 scooters Vespa P125X (20.000 à 30.000 km/an). Ensuite, à partir de 1998, et pour mon usage quotidien, j’ai roulé en CB500 Honda, puis Big One CB1000 Honda avant de revenir au scooter (400 Honda SilverWing) plus pratique pour mon métier de photographe.

En revanche côté collection et plaisir, je possède une dizaine de motos avec lesquelles je roule pendant les vacances : dont Honda GL1000 (1976), 500GB, CB250 K0 (1968), CB250G Armée Française, CD125 (1968), CB450 Racer (by Yves Kerlo), CB400F (Moto Tour 2003), Automoto 175 (1951)…


Bruno des Gayets

On avait raison, Bruno en plus de la photo a aussi la plume qui sait t'emporter dans la lecture. De ces lectures qui te happent et dont tu veux connaitre la suite.

Alors posons la question que beaucoup ont eue à la lecture de "Gueules de Motard(e)s" Pourquoi et comment :

Bruno des Gayets :

Depuis plus de 25 ans que je fréquente le monde de la moto avec Claude de La Chapelle (en réalisant des reportages photos pour VSD Hors-Série Moto, Option-Moto, MotoKids Magazine, Vintage Moto TT…), j’avais l’idée depuis quelques temps d’immortaliser en portraits tout ce petit monde de la moto, avec ses personnalités, ses « gueules » uniques et typiques ! J’ai commencé la série il y a 2 ans à l’occasion d’une manifestation (Iron Bikers) organisée par Nicolas Sonina sur le circuit Carole… et c’était parti !

Ensuite au gré de mes rencontres (Sunday Ride Classic, Coupes et Salon Moto Légende, Grandes Heures de Montlhéry, trophées Gérard Jumeaux…) j’ai complété ma collection sans avoir une idée précise de sa finalité (livre, expo photo…).

C’est en photographiant Jacques Bolle (Président de la FFM), que celui-ci m’a proposé d’éditer un livre avec cette série de portraits, nous avons décidé de s’arrêter à 365 portraits… Sinon, je pouvais continuer pendant plusieurs années et éditer un livre de 2000 pages (le monde de la moto est vaste en personnages divers et authentiques).

Je tiens à remercier la FFM d’avoir produit ce livre et de m’avoir laissé une totale liberté dans le choix des portraits (bravo à eux). Pour les textes, j’ai pensé à un moment que Claude allait être saturé, mais il a très bien géré dans le temps imparti, un grand merci à sa fille Alix qui a méthodiquement repris contact avec les personnes que j’avais photographiées, dont certaines début 2016, Alix nous a sauvé la mise !

De la première photo en avril 2016 à la dernière en juillet 2018, j’ai toujours utilisé la même configuration de matériel : Nikon D800, objectif 85mm, un fond noir et 2 flashs sur batterie et les photos ne sont pas recadrées.


Bruno des Gayets

 

Je vous ai dit que ce livre n'est pas un livre comme les autres et que Bruno a réussi un exploit de réunir autant de personnes en harmonie dans ce livre.

Avant de vous présenter Claude de La Chapelle et son œuvre "Motos d’Exception".

Revenons sur la participation de Claude avec ces légendes du livre Gueules de Motard(e)s qui ont fait mouche pour 100% d'entre elles.

Claude de La Chapelle :

Cela fait 35 ans que je suis journaliste dans la moto. J’ai été tour à tour spécialiste de l’enduro, des trails, des rallyes africains, des motos anciennes, du tuning, du motocross… J’ai donc multiplié les univers en gardant pas mal de contacts.

Dans le livre, il y a une centaine de personnes qui sont des copains, une bonne centaine que je connais bien, là pas de problème pour écrire quelques lignes, si ce n’est la frustration d’en dire si peu pour de grands champions ou des passionnés qui ont beaucoup de choses à raconter. Pour les autres, j’ai eu les commentaires de Bruno.

Ma fille, Alix, qui était en vacances, m’a donné un coup de main pour envoyer un formulaire me permettant d’avoir la petite histoire de chacun et dans le doute, j’ai passé pas mal de coups de fil aux protagonistes et aux copains des copains pour en savoir plus sur les personnages qui m’étaient inconnu, afin de cerner au mieux leur personnalité.

C’était très sympa ce livre « Gueules de Motard(e)s, une belle idée de Bruno qui fait toujours les choses à fond. Je remercie la Fédération Française de Motocyclisme et son président Jacques Bolle, pour avoir édité ce livre, preuve de leur ouverture d’esprit et de leur enthousiasme.

On peut être fier de la FFM, elle fait du bon boulot. Je le dis en toute liberté car trop souvent, les gens sont injustement critiques vis à vis de la Fédé. Je suis super content pour Bruno de l’accueil chaleureux reçu par ce livre car c’est le fruit d’un long travail, très précis, comme Bruno sait si bien le faire. Travailler avec lui est toujours un grand bonheur.

Je vous avais averti au début de ce reportage, celui-ci ne fait pas que parler de deux livres sur notre monde Motards mais de deux Œuvres Cultissimes.

Nous arrivons à "Motos d’Exception", ne vous attendez pas à un recueil de 50 motos couchées sur papier glacé. Ce livre va plus loin et vous invite au voyage dans l'histoire de ces motos, Claude en parle comme des œuvres et même parfois on dirait qu'il en parle comme des personnes. Ces portraits te font voyager de la modernité, au passé en passant par l'exception.

.    

Je ne peux pas prendre la présentation d'une moto en exemple sans vexer les 49 autres motos, car chacun des 50 textes vont plus loin qu'une partition, la plume de Claude nous amène dans l'âme de ces motos.

Cet ouvrage est tellement fort que sa présentation est léchée, de la mise en page à son écrin en passant par la couverture. Il n'y a aucune fausse note, on retrouve deux motos de Ludovic Lazareth dont la mythique "Lazareth LM 847" que je rêve un jour de conduire. Juste pour information Claude de La Chapelle va sortir d'ici peu un livre anniversaire sur l'histoire de Ludovic.

Comme à Bruno j'ai posé la question à Claude sur l'origine de sa passion moto :

Claude de La Chapelle :

J’ai démarré avec le Peugeot 103 de ma sœur avec lequel, je faisais du tout-chemin en Bretagne où j’habitais. J’avais comme « voisin », un champion d’enduro, Yann Cadoret. Il m’a transmis le virus et à 15 ans, mon père m’a offert l’une des deux motos neuves de ma vie : une KTM 125 GS (l’autre, c’était une Yamaha IT 200 achetée chez Serge Bacou), le nec plus ultra à l’époque pour faire le championnat de Bretagne et de France d’enduro, l’enduro du Touquet, les 24 Heures de Bretagne, la Croisière Verte…

J’ai enchaîné avec pas mal de KTM 125 RV et 250 RV (ex-Boniface achetée à Yannig Kervella), une grosse Yamaha 490 YZ (ex-Cadoret de la Baja 1000) avec laquelle j’ai fait des courses d’endurance tout terrain, la première Baja Espagnole… et, jeune journaliste à Paris, j’ai acheté, en plus d’une lignée de scooters utilitaires, des motos de route, avec un intérêt pour les anciennes : Benelli 900 Sei, Triumph T 120 Bonneville, Kawasaki 750 Turbo, Honda 500 CX Turbo, Suzuki XN 85 Turbo, Honda 125 CB, 250 CB, 750 CB…

En gagnant un peu mieux ma vie, je me suis offert les motos qui me faisaient rêver : Ducati 916 "full tuning" car j’étais alors rédacteur en chef d’Option Moto, Honda 750 RC 30 (revendue à Bruno) tout en roulant au quotidien sur des machines plus modestes, mais avec lesquelles tu peux rouler à fond sans crainte : Kawasaki 500 KLE, 500 GPZ… Aujourd’hui, je n’ai plus de motos car j’ai financé les études de mes enfants.

Mais ça va revenir, je suis toujours attiré par les classiques comme les Triumph de mon ami Franck Depoisier de Mecatwin, les gros trails des 80’s que j’affectionne pour leur position de conduite et pourquoi pas une MV 750 F4 que j’adore pour son design et les souvenirs qui s’y rapportent. J’ai essayé l’exemplaire numéro 2 de la Oro, celle qui appartenait à Castiglioni, l’opportunité d’une belle rencontre avec son designer Massimo Tamburini.

Et c’est Bruno qui faisait les photos !


Claude de La Chapelle

Bon là, la passion de Claude s'écrit par des motos de caractères au gros cœur. Cette présentation nous fait mieux comprendre la passion émotionnelle que nous fait vivre Claude dans "Motos d’ Exception".

J'ai posé la question à Claude de nous raconter "Motos d’Exception" et lorsque que tu donnes à un maitre du verbe et de la prose, la parole, la réponse donne :

Claude de La Chapelle :

C’est une commande des éditions OLO (pour le compte de Gründ) avec lesquelles j’avais déjà écrit un beau livre sur les Harley-Davidson (Passion Harley chez Tana), avec Bruno des Gayets en charge de l’iconographie.

Il y a quelques années, j’avais réalisé pour Solar, un livre sur 100 motos cultes. J’ai donc repris ma liste, et conservé les incontournables : Honda CB 750, 1000 CBX, RC 30, 750 NR, Kawasaki 750 H2 et 900 Z1, BMW R 69 S…, j’ai intégré des motos récentes comme la Ducati Panigale V4S, Honda RCV 213V-S, Kawasaki H2 Carbon… et j’ai fait un choix très personnel de motos qui m’inspirent, des coups de cœur, les réalisations françaises (j’aime bien mettre en lumière ce qui est fait en France) de Ludovic Lazareth, la Triumph Viba de Yann Bakonyl, la Midual Type 1, la Brough Superior Pendine Sand Racer de Thierry Henriette, mais aussi des machines qui m’interpellent pour des raisons techniques ou esthétiques comme la KTM 1190 RC8 qui a amené un truc singulier, la Arch Motorcycle Method 143 de l’acteur Keanu Reeves…

Pour définir ma liste et la justifier, je n’ai choisi que des motos de route homologuées et j’ai commencé avec la première Brough Superior SS de 1925, sinon, il aurait été trop difficile de sélectionner tant la production moto est riche depuis ses premiers tours de roues. Bruno des Gayets a géré l’iconographie, avec pas mal de ses très belles photos personnelles et d’autres que l’on a achetées.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il devient difficile de trouver de bonnes images car nombreuses sont des diapos et elles tendent à disparaître car elles ne sont pas scannées. J’ai même écrit deux textes que je n’ai pas utilisés car les photos d’illustration n’étaient pas de suffisamment bonne qualité pour ce livre dont le visuel est particulièrement soigné.

C’est frustrant.


.    
Claude de La Chapelle

Si je voulais être cabot je dirais que je regrette qu'il n'ait pas parlé de la CB 1100 R de 82 ou la CBR 1100 XX, et de Berthe ma R 1200 GS peut-être dans le Tome 2 (Enorme Rire Tazmanien).

Comme vous avez compris Claude et Bruno sont encore partenaire sur ce recueil. Alors donnons la parole à Bruno concernant le livre Motos d’Exception :

Bruno des Gayets :

Claude a très bien expliqué la genèse du livre et le choix des motos.

J’ai fourni environ 50% des images du livre, issu d’une partie ma production d’image studio, pour le reste j’ai fait des recherches iconographique auprès d’autres photographes (dont les excellents Jean-Pierre Pradères et Alain Sauquet).

Je me suis aussi occupé de la postproduction : scan des images en très haute définition pour ce format de livre, retouche, chromie… Un gros boulot, pour un beau résultat !

Je suis étonné du terme "Beau résultat", car le terme BEAU n'est pas assez représentatif et ne retranscrit pas les photos dans ce livre, car certaines te sautent au visage et te donnent envie de sauter sur la machine et mettre la clef pour partir faire un long run avec. Donc le dictionnaire devra trouver un terme plus fort que beau à l'avenir !

Comme dit plus haut Bruno et Claude c'est une histoire qui dure et la question qui se pose avant de conclure ce reportage est de savoir quelle sera la prochaine collaboration entre ces deux personnages hauts en couleur.


Claude de La Chapelle :

Rien de précis pour l’instant. On a pas mal d’idées, mais c’est une question d’opportunités. On est chacun bien occupés au quotidien, donc ce n’est pas prioritaire. J’ai un ami éditeur qui dit qu’écrire des livres est un sport de riches (Rires de Claude).

C’est vrai que tu y passes beaucoup de temps et que ce n’est pas très rentable. Mais avec Bruno, c’est à chaque fois une belle aventure car nous sommes passionnés et c’est l’opportunité de belles rencontres. On aime les gens, partager un repas avec eux, se délecter de leurs histoires et anecdotes et elle est là la vraie richesse, tous ces moments de communion où l’on repart comme des gamins qui sortent d’une confiserie où c’était open bar.

On a la chance de visiter des collections privées incroyables, de passer du temps avec des mécaniciens de génie, des champions… On vit des moments forts, pas mal de gens paieraient pour vivre ces instants-là et cela nous porte. Je pense que le bon rythme, c’est un livre par an.

Cette année, j’en ai fait trois parce que c’est toujours délicat de refuser à des gens que l’on connaît, mais c’est presque trop. Avec Bruno, tout se décide autour d’un bon repas, genre cassoulet dans un restaurant où il y a encore une nappe à carreaux et des serviettes qui débordent bien sur les cuisses, avec une bonne bouteille (un Morgon de chez Jacky Grolet, par exemple) pour refaire le monde.

Il faut qu’on casse la croûte à Paris pour voir de quoi sera fait 2019.

L’envie est là, intacte, on est prêts, il faut juste appuyer sur le bouton (Rires de Claude).


Bruno des Gayets :

Mêmes réponses que Claude,

Nous avons plein d’idées qui des fois partent dans tous les sens, ensuite il faut les mettre en forme et pouvoir les réaliser (pratiquement et économiquement), en revanche quand un projet démarre nous sommes sûr d’arriver au bout car comme nous nous connaissons (et nous nous complétons) très bien, nous pouvons efficacement et rapidement nous répartir les rôles !

Le principal c’est que la passion soit toujours là.

Pour finir dans "Gueules de Motard(e)s" il manquait, le portrait de ces deux passionnés qui nous font voyager tout en gardant leur simplicité et restant accessibles, maintenant c'est fait ...

Quand j'ai eu l'idée de ce reportage, les deux compères ont répondu présent et à Sport Moteur.com on aime cet esprit.

Alors je vous invite à faire la démarche d'acheter ces deux livres, pour avoir le plaisir de les dévorer des pupilles et dans quelques années avoir la fierté de pourvoir les présenter à leur juste valeur tel des œuvres d'art à vos ami(e)s.

Me reste plus qu'à faire un jour, dédicacer "Motos d’ Exception" par Claude un soir dans le quartier de Bercy devant un Morgon ou un bon aligot, en invitant Bruno à se joindre à nous.

Crédit Photos : Bruno Laurent, Claude Saint-Leger, DR (Retouches photos et mise en page Bruno Pasqualaggi)

@ + Bruno Pasqualaggi Pour Sport Moteur International



Bruno Pasqualaggi
Directeur de Publication
Reporter essayeur moto

bruno@sportmoteur.com


François Cominardi
Rédacteur en Chef

francois@spormoteur.com


Bruno Laurent
Reporter / Photographe

Contactez notre Photographe

bruno.laurent@sportmoteur.com


Yann Le Corre
Reporter

Contactez notre Reporter

yann.lecorre@sportmoteur.com


Claude St Leger
Photographe

Contactez notre Photographe

claude_saint_leger@sportmoteur.com


Retrouvez nous sur

Contacter par mail
Sport Moteur.com


 


Copyright © Sport Moteur 2019