Coin des potes - 2011

La Bretonne racontée par un Breton

Vendredi

11h00. Voila, je me décide à fixer ce fichu saute vent sur mon roadster. C'est vrai que ca altère un peu sa ligne (de toute façon, le mal est fait depuis l'adoption du top case... tellement pratique !), mais il parait qu'on va faire de l'autoroute, alors comme je tiens un peu à mes bras...

Du coup, le temps de finir de tout préparer, je suis un petit peu à la bourre, surtout que je doit encore faire le plein !

Allez, vite, A86, A4, porte de Bercy, première sortie, il est 12h05 quand j'arrive au point de rendez vous que je connaissais de la picarde. Scooters à perte de vue mais rien qui ressemble à un départ du moto club des potes (y a bien un engin vert sur ma droite, que je ne connais pas, mais rien de familier dans mon champs de vision !).

Une petite reco à pied du milieu me confirme que personne ne m'attend dans l'environnement immédiat, un coup de fil à Taz: "ben on est au restau... t'as mangé ?" - "Ok, je vous rejoins".

Le week end commence au taquet: "mauvaises langues : je vous avait bien dit qu'il finirait par arriver !". Taz, Bimous, Chapitao et Anble ont déjà commandé. Vite, menu express comme tout le monde, et peu après nous voila à la caisse pour voir passer Mario, qui lui ne nous a pas vu, mais heureusement nous entend.

Allez, Go ! Le truc vert de tout à l'heure c'est bien le Z1000 de Chapitao, et les autres sont garés derrière. La prochaine fois, je regarderais mieux !

Nous voila sur le périph, Taz en leader suivi de Bimous, ma pomme, Chapitao et Anble et Mario en serre file. Tranquille, secteur connu, machines encore froides, tout le monde se suit nonchalamment, direction la porte d'Italie. Tient Taz se rabat, on doit plus être loin. il est où le panneau, M...rde, au dessus de mon nez, put... ! pour moi ca passe encore, mais les autres... Bon, béni soit le grand Zebra, le groupe est encore au complet sur l'A6 direction St-Arnoult pour le ticket d'entrée.

Passé la formalité, petite halte technique quelques aires de repos plus loin. Les voitures en face ont l'air mouillées, on va vers la Bretagne, équipez vous en mode crachin, on ne sait jamais, nous recommande le Taz. Comme il n'est pas né de la dernière pluie, tout le monde obtempère, y compris Anble qui n'avait pas prévu le coup et qui enfile un K Way intégral que Danny boon en aurait fait un sketch s'il l'avait vu!

Encore quelques kilomètres d'un sérieux à faire un film pour la prévention routière (des automobilistes attentifs au sujet nous le confirmerons), et il est temps de faire le plein des bécanes et des pilotes (SP98 + Arabica +/- serrés).

Allez, plus que 100 bornes et un dernier cybergendarme, et on est en Bretagne ! Bandes rugueuses, coups de frein, et chacun y va de son obole à la libre circulation en territoire métropolitain. La douane est là aussi, mais heureusement, personne n'est en possession de la moindre bouteille de cidre normand !

Et puis bien sur, un soleil radieux dans un ciel bleu immaculé salue notre passage de frontière et se rie de nos tenues de pluie ! Degemer mat (bienvenue). Maintenant c'est limité à 110, mais c'est gratuit jusqu'à la mer !

La cinquantaine de bornes qu'il nous reste avant Rennes est vite avalée, et le Taz qui connait bien le coin, nous amène directement à l'hôtel. Le rendez vous avec Marcassin et sa fille (que nous appellerons Nénette) est ponctuel, et nous prenons rapidement les chambres.

Bon, il est 17h00, rendez vous pour manger à 19h00, on le temps d'aller prendre un café à St-Malo ? Non ? Bon tant pis, finalement on prendra plutôt l'apéro à l'hôtel.

Bécanes rangées au parking, douches, change etc. et nous voila, comme réservé, dans un petit restau bien sympa (la Braise).

Heureusement que nous sommes à l'heure car un grand groupe doit également arriver. Finalement ils se sont désisté, et l'espace est à nous pour la soirée, avec son feu de cheminée, son aquarium et bien sur un menu à la hauteur de notre virée.

Soirée très sympa mais raisonnable, car demain on se lève tôt! Malgré les négociations tous les réveils sont programmés à 7h00 !

Samedi

Au petit matin tout le monde est donc prêt, rejoints sur le parking de l'hôtel par Averell et Olaf, les autochtones rennais. Averell nous prend alors sous son aile et commence à nous faire visiter la région, à travers la forêt de Brocéliande, et sur des petites routes qui sentent le terroir (heureusement bien sèches, les traces de terroir sur la route).

Nous voici à l'heure à Porcaro, ou un carré de GSXR, d'un minimum de 20 ans d'âge, arrive avec toute la symphonie de la diversité de ses pots. Retrouvailles, présentations, photos, ca y est le groupe est au complet. Après une visite émouvante à la Madone des motards, c'est un petit cortège d'une douzaine de motos qui repart visiter les communales et réveiller vaches, chiens et autres chevaux trop près du bitume, qui affichent une prédilection marquée pour les flat twins avec l'accent allemand.

Petit salut a un bleu en faction au bord d'une nationale, un peu déconcerté que nous arrivions par une petite route qui n'est pas celle qu'il surveillait, et c'est autour du marché de Sarzeau avec ses produits du terroir (pas les mêmes que tout à l'heure) que nous retrouvons une démarche bipède et profitons de la météo très clémente en attendant l'heure du déjeuner.

Bretagne oblige, c'est une crêperie qui nous attend, où nous allons pouvoir déguster les spécialités locales et laisser libre cours à notre gourmandise ! Moment très sympa, qui permet à chacun de faire connaissance avec ses voisins de table ou de raconter ses dernières aventures motardes avec ses potes de longue date.

L'après midi sera séance photo pour les uns, découverte de la presqu'île de Rhuy pour les autres, puis le groupe commence déjà à séparer, les nantais essayant de rentrer chez eux avant l'arrivée de nuages menaçant.

Le reste du groupe rentre tranquillement par la quatre voie, derrière Averell en mode éco, la zone étant réputée pour sa densité en cybergendarme. Le rythme du moment incite les passagères du groupe à improviser quelques mouvements de danse et d'expression corporelle, leur évitant de s'endormir...

Sortis de la voie rapide, nous laissons momentanément Averell et Olaf qui regagnent leur pénates avant la soirée, et quelques nationales nous ramènent, finalement assez rapidement (traumatisme de la 4 voie oblige), à notre sympathique hôtel, pour une petite pause et un café. Au moment de repartir, quelques gouttes nous inquiètent, mais qui ne viendront finalement pas nous déranger de la soirée.

Apéro (avec spécialités bretonnes) chez Averell que nous retrouvons en compagnie de sa famille: Heidi (madame Averell), Robin (futur motard) et Elvis (imposant nounours qui nous regardera depuis le jardin...), puis quelques pas nous amènent à la pizzéria pour un dernier repas rennais.

Le retour à l'hôtel sera très soft, le groupe essaiera de ne pas faire de bruit en partan du quartier résidentiel, et de faire bonne figure en arrivant à Chartre de Bretagne, en passant devant le comité d'accueil tout de bleu vêtu... heureusement, il n'étaient pas là pour nous et rendront simplement notre salut!

Dimanche

Après une grasse matinée bien méritée (jusqu'à 9h00...), nous prenons congés de notre hôte (chez qui nous reviendrons), et préparons les motos avec armes et bagages. C'est aussi le moment de dire au revoir a Marcassin et sa fille qui repartent vers Cherbourg par une autre route.

Retour sur la rocade rennaise, puis la quatre voie qui doit nous mener à l'autoroute. Tiens, non finalement le temps étant resté sec, le Taz pique vers la droite avant la barrière de sortie de Bretagne (ou frontière de la France métropolitaine), et c'est par les nationales que nous rejoignons le Man, arrondissant nos pneus sur les nombreux rond points que nous croisons à partir de Laval.

De passage au Man, il nous faut bien sur faire la photo du groupe devant le mythique circuit, qui nous permet d'admirer de belles Porches venues s'exhiber ce dimanche. Et comme c'est l'heure du casse croute, le Taz se propose de nous emmener dans un petit restau de la zone industrielle, bon et pas cher, mais sa super Ténéré, malgré ses capacités passe partout, n'en a malheureusement pas retrouvé le chemin, et c'est finalement sur une aire d'autoroute que nous reprendrons des forces avant la dernière ligne droite.

Cette dernière portion de la ballade, se fera tranquillement, la pluie étant devant nous, mais la route encore mouillée nous offre les nuages d'embruns des véhicules qui nous précèdent.

Petite session d'inter file à l'arrivée, dans une circulation heureusement pas trop dense, pour que Bimouss se fasse la main, et nous voici devant le bar "chez Pauline", pour un dernier café, et un petit debrieffing de ce week end que tout le monde a apprécié. Derniers échanges, partages de photos, et chacun retourne à son quotidien en attendant la prochaine occasion de se retrouver.

En conclusion:

Super week end ou je crois, tout le monde a pris son pied. Personnellement, je retiendrais de cette ballade (en plus d'une raison supplémentaire de faire l'apologie de la région), la convivialité qui a régné dans le groupe, et l'occasion de faire connaissance, à la bonne franquette, avec des motards passionnés aux expériences diverses, le plaisir du roulage en groupe ou chacun se respecte tout en prenant la liberté de se faire un petit extra de temps en temps, mais qui permet à ceux (dont je fais partie) qui ne pratiquent pas régulièrement le type de routes rencontrées, de progresser au contact des autres, et pour finir, un furieuse envie de remettre ca !

A bientôt les potes.

@ + Surcouf

Retourner au reportage de notre Bretonne


Copyright Moto Club Des Potes, 2011