Coin des potes - 2011

MON Cr de la Bretonne des Potes - Par Papaours

"Bonne lecture pour ceux qui auront le courage"

Ca faisait un moment qu'on en parlait, bah oui, environ un an. L'année dernière privée de machine, je n'allais pas y aller en vélo, ce qui a éludé le problème de physique du pilote !

Cette année, c'était la bonne, Mélu est en pleine forme (même s'il lui manque des vis), reste à savoir si moi je vais arriver à suivre. C'est ma première grosse ballade en groupe depuis très longtemps. Et cet hiver j'ai peu rouler. Ca n'est plus un secret mais je me suis privé des roulages en groupes à cause de mon problème d'oreille, ne voulant pas faire chier les gens en étant pas au rythme. Depuis 1an 1/2 je ré-apprends à rouler, mais je n'ai pas fait le tour du problème. Donc c'est plein d'excitation et avec un peu d'appréhension que je me prépare à cette bretonne. Le plaisir d'être avec les copains et de voir de nouvelle tête prends le pas sur l'angoisse.

Samedi 2 avril, 7.00

Je pousse Mélusine sur le trottoir pour pas réveiller toute la maison. Elle sort de chez le mécano, prête pour avaler du bitume. On va faire un galop d'essai, jusqu'au Village Moto pour retrouver Teamgex, Lawran et Deyohann (dans l'ordre d'apparition). David (teamgex) devais être sur les dents, il est arrivé vers 7h15.... mouarf, à cette heure là, Mélu était en train de chauffer pendant que moi je finissais de m'équiper. Premier roulage et échauffement des gommards et des bestiaux. Putaing que c'est bon de rouler à cette heure, il fait beau et peu de chicane mobile. Les 20 bornes entre chez moi et le VM se font à un rythme calme et détendu, presque légal de bout en bout.

J'arrive au VM, la Teammobile est garé à coté du LuckyStrike de Lawran. Je pose Mélu a coté et on discute et on fait quelques tofs en attendant Yohann qui arrive finalement puisque jusqu'à la veille au soir… il ne savait pas s'il serait là.

Pendant qu'on cause teamgex détecte une vilaine trace d'huile sur le coté de Mélu, verdict une vis du cache culasse qui tourne dans le vide. Filet HS et au moins une 2eme vis n'est pas serré au milieu. Mais il s'agit d'un bon vieil Air/Huile un SACS comme on en fait plus. Alors tampis pour les fuites, on part comme ça, les gars me rassure en me disant que ça ne crains rien. On se remémore vite fait le Road Book. A priori c'est une journée à 300km, à peine…

Départ du village et on enquille en mode "gentil rapide" sur la rocade via Nozay : petit roulage de mise en place, ça roule cool et le soleil qui grimpe dans les champs, c'est Bô! De temps en temps, Teamgex et Lawran viendront a coté de moi vérifiez que ma vis est toujours là… Tout est cool, on est bien. Nozay arrive, on sort de la rocade juste pour faire un point, moi j'ai ma vis et je n'entends pas ce que disent les autres. Mais en bons motards on stoppe en plein milieu d'un carrefour en contre-pente au lieu d'aller à 20m sur un bout de parking. Ceci dit j'exagère, on a du stoppé 2 min au grand max. Allez, on va attaquer nos bonnes vieilles départementales. C'est Lawran qui pondu le Roadbook, donc il ouvre la route, je le suis et Teamgex et Deyohann ferme la marche. Ca roule bien, ça roule propre, quelques passages sinueux sympathiques alternés avec de jolies lignes droites qui nous laisse admirer (un peu) le paysage breton. On aura le loisir de sentir l'air printanier des sous bois. Pour ma part, je garde un œil attentif au cas où une bestiole traverserait la route.

La route s'enchaîne bien, un petit détour ici une fois ou 2, juste pour s'assurer du bon chemin, mais une virée en moto sans détour, c'est pas une virée. Sinon en gardant un œil dans les rétros je m'aperçois que Deyohann n'aime pas les scooters, il l'aurait bien poussé dans le fossé a coup de latte… Bien sur c'est de l'humour, quoique…

Mais de toute façon, en avançant, on arrive sur Porcaro. Quand on arrive en vue de l'église une belle rangée de moto est déjà là ! En pointe, le bras levé, Le Taz. Ca va faire plaisirs de lui taper la bise, en attendant en tournant devant lui, on s'en tapes 5 (pour ceux qui auraient la détente en mode diesel, ça vient de l'expression tape m'en 5 !!!).

On gare les Gex en bout de fil, et on tape la cause avec les potes du MCP !!! Ca fait plaisir de voir les trognes de certains avec qui on discute par clavier interposé. Et puis rencontré des nouvelles têtes, c'est chouette. On discute, on se dégourdit et j'essaye d'enlever une ch'tite bestiole coincée dans mon œil depuis Nozay. Sans succès.

Dans le calme et la bienséance, nous allons faire un tour derrière l'église. Ce n'est pas ce que vous croyez, bande de naze, mais c'est là qu'il y a Le Lieu de recueillement et l'autel de la Madone des Motards.

C'est un lieu émouvant, que l'on croit en Dieu ou non, c'est émouvant. Tous ces motards ou motardes parties rouler au-dessus des nuages, arf, ça touche les tripes.

Je me permets un aparté ici, car parfois la vie a de drôles de concours de circonstance. Dans ma visite de ce lieu de recueillement et de souvenirs, j'ai une pensée pour Carole. Ce prénom résonne dans tous les cœurs des motards. Carole Le Fol, une petite blondinette de 19 ans, mignonne comme un cœur, qui laisseras la vie au détour d'un virage lors d'une soirée en route pour les "runs" de rungis.

C'est une autre époque, mais quelqu'un a eu la bonne idée de donnée son prénom au premier circuit fait pour que les motards puissent se défouler en sécurité. Carole, anonyme et si connue pourtant, est devenue l'icône de toute le gente que nous représentons et qui représente tous nos potes et copines partis trop vite au nom de notre passion commune. Pourquoi faire ici ce commentaire, car dimanche, après la virée, sur un autre forum, je vois une amie qui a posté une vidéo : "pourquoi carole, s'appel Carole" et en lisant les commentaires du post, je m'aperçois, que si tous on connaît le circuit Carole, beaucoup ignore l'origine du nom, juste que Carole, c'est le nom d'une nana qui c'est tué en bécane. Et bien ici, je voulais juste lui rendre hommage en racontant encore un peu cette histoire. Et rendre hommage à Carole Le Fol, représente des tous nos ami(e)s parti(e)s au pays des nuages, pour reprendre l'expression de Taz.

Voilà pour l'aparté, après ce moment intense en émotion, il est temps de reprendre la route direction Sarzeau pour manger des bonnes crêpes. Mais il faut penser à abreuver nos montures d'aluminium et d'acier (oui je sais, il y a aussi du plastique, vous remarquerez que moi j'ai limité l'apport de plastique). Un petit détour et une clope plus tard, on repart avec le plein direction la bouffe. Et là je découvre le rythme MCP des balades officielles, le calme et l'ordre règnent. C'est sympa, ça roule cool et moi je reste derrière, ce qui me permet de rouler à ma main sans faire chier les autres.

Et là je découvre que Taz à une passion immodéré pour les routes à champs de patates. Alors oui, certains diront que c'est le plaisir de passer par les p'tites routes de campagnes. Alors je dis oui pour les routes… mais pas les chemins vicinaux. J'ai d'ailleurs failli perdre un testicule sur le réservoir de Mélu tellement c'est bosselé. Forcement le Taz, grimpé sur le SuperTén, les bosses il s'en fout. En tout cas c'est joli la bretagne.

A noté aussi que le Taz n'a absolument pas confiance dans la Poste. Et je pèse mes mots. Il fait déplacer un convoi d'une quinzaine de moto pour amener à destination une lettre de sa fille à l'une de ses copines. Efficace n'empêche. C'est l'occaz aussi de faire une tiote pause. Par contre faut tirer sa gallot en mode sapeur sinon tu risque de finir ta clope sous le casque.

Allez dernier coup de piston pour nous pousser jusqu'à Sarzeau. On a un peu d'avance. Pas grave, une petite rincette de gosier sur la place du marché, les roubignolles au soleil. Profitons, il y a un grand soleil.

Après route à la crêperie, on pause nos augustes postérieurs dans un repère du Taz. On y mange bien, et en plus, on est super bien accueillie.

C'est l'occasion de voir ou plutôt d'entendre que certains on des mœurs bizarres. Je suis au calme, en train de vidanger, quand j'entends dans le chiotte d'a coté : " on essaye à 3", " mais si tu vas voir ça passe à 3", "mais oui, c'est bon un trou pour 3, il est assez grand"… Je ne dirais pas qui il y avait avec Taz et Lawran…

A table, ça parlotte, ça cause, ça jase… mais jamais on ne se moque, jamais. Un sacré moment entre pote, un des ces moments qui vous fabrique de nouveaux souvenirs motards. Et ne pensez pas qu'il n'y a que de gros poilus, la gente féminine est là au travers de Anble et la fille de Marcassin qui fait sa première sortie avec son motard de Papa. Bienvenu dans la famille mamzelle !!!

Pendant que l'on gloutonne, le temps vire un peu, des nuages passent et lâchent quelques gouttes d'eau… par-ci… par-là. On est bien là, mais il ne faudrait pas trop traîner non plus, la patronne voudrait faire sa sieste.

Le groupe se sépare, on va tous voir la mer sauf le Taz et ses 2 acolytes qui doivent faire quelques photos en dynamiques pour l'essai du fameux Super Ténéré.

On va user un peu nos pneus sur la cote et on se rejoint tous à coté d'un petit port au bord de la presqu'île.

On en profite pour tailler un bout de bavette et déconner, mais le temps passe et pour nous, les Nantais, il est déjà l'heure de reprendre "une" route qui nous ramèneras vers nos pénates. Les autres vont faire le tour de la presqu'île et Le Taz va nous remettre sur la route du retour.

Au revoir les copains, c'était court mais sympa, à refaire.

En attendant, on suit le Taz qui nous lâche bientôt sur la bonne route. Salut mon pote, à la revoyure. Comme à l'allez Lawran ouvre la route, suivis de Teamgex et Deyohann et moi qui ferme. Je commence à fatiguer un peu et mon poignet gauche me fait encore des siennes. Putain de fracture. On attaque un bout de rocade qui doit nous conduire vers une route, qui elle, nous mèneras à Redon… Enfin c'est ce que j'ai compris. En fait, on attaque bientôt la contournante de Vannes en direction de … Brest.

Par certains endroits, la route est trempée mais ça reste roulable. On s'arrête un cours instant pour qu'un autochtone nous confirme la bonne route. En fait, on attaque la sortie direction Rennes. Bon d'accord, pourquoi pas, après tout, tous les chemins mènent à Rome. En fait, on file sur Rochefort en Terre, la route commence à viroler un peu plus, c'est sympa et malgré mes appréhensions, je m'en sort bien et j'arrive à suivre le groupe qui somme toutes avances à des vitesses raisonnables.

Peut avant Rochefort, on passe une zone de tôle ondulée, la moto bouge de partout et je remercie mon amortisseur de direction, mais cette zone est fatale pour mon poignet. Urf, ça commence à être dur mais ça va tenir. Une petite pause s'impose dans Rochefort en Terre, une terrasse de bistrot et on se pose.Les reste du moustiques de Nozay quitte enfin mon oeil, ouf. Le temps passe et les kilomètres aussi. Il faut repartir, on décide de prendre un raccourci pour revenir sur La Roche-Bernard, on va passer par Limerzel et Péaule. Une portion fabuleuse pour les virolos, les gars se font plaisirs, moi j'enquille à mon rythme, j'ai du mal à me concentrer et j'ai mal aux poignets.

Alors entre chaque portion, je demande un peu à Mélusine pour recoller le groupe, mais ils sont sympas les copains, ils m'attendent aussi. Merci de m'avoir supporté !!!

Sur une courbe merveilleuse, on décide de stopper pour faire quelques photos. Oula, pas de course à la prise d'angle, pas de vitesse de passage de folie, juste faire quelques beaux shoots avec l'appareil de Teamgex. Les vaches se sont demandées ce qu'on foutait là.
Reprise de la route, on s'arrêtera à La Roche-Bernard pour faire le plein.
Ces petites pauses m'aide à tenir mais j'ai du mal à débrayer. Mais les plaisirs de cette journée reste plus intense que la douleur.

Le dernier Run on décide de la faire par la rocade jusqu'au village moto. Moi j'en profite pour me reposer un peu.

Voilà cette journée se termine, on fera encore quelques photos au VM en découvrant que nous avons tous les 4 de la bouse de vache sur nos bas de carénages, c'est crade. Photo, paluches, et tout le monde repart chez soi. Une belle journée, de bons souvenirs… on recommencera c'est sur.

Au fait, pour l'anecdote, a l'arrivée on aura fait un peu plus de 420km… bah! Après tout, ce n'est jamais que 120 de plus que prévu.

@ + Papa Ours

Retourner au reportage de notre Bretonne


Copyright Moto Club Des Potes, 2011