Coin des potes - 2007

Bretonie 2007

ou

" Petite Balade en Bretagne entre Potes "

Depuis que je suis au club, je voulais organiser une balade en bretagne pour faire découvrir à tous les charmes de ma région natale. Je parle de routes, évidemment ( même si apparemment, je ne connais pas les meilleures du coin ) mais aussi et surtout du plaisir d'une bouffe entre potes suivie d'un bain de mer. Briquer sa moto au soleil et avoir envie de ne rien faire. Trainer le matin et marcher quelques pas sur la plage... Se sentir en vacances et oublier qu'on est là que pour deux jours! La Bretagne, c'est tout ça.

Pour une première, le départ s'est fait en petit comité: Mario, Baloo, Fix ( que certains d'entre vous ont peut être déjà rencontré malgré qu'il ne soit pas du club ) et moi-même. Le rendez vous fixé au Darty de Boulogne à 7h du matin. Pourquoi à cet endroit? Parce que c'est au pied de la N118 bien sur. Et peut être aussi parce que c'est au pied de chez moi... Mario est le premier sur place et, dans son insolence, trouve le moyen de contester le lieu de rendez-vous en l'absence d'un troquet pour prendre son café du matin. Café qu'il aurait eu le temps de prendre si l'on tient compte de l'heure d'arrivée tardive des deux autres participants: au moins 4 minutes de retard, un véritable scandale!

Copyright © Nicolas Leroux
Le GPZ de mario garé... A la mario !

Après une longue concertation ( autoroute ? pas autoroute ? ) nous prenons finalement une décision: "On verra bien". Le choix se fit donc au dernier moment et nous empruntons l'autoroute pour d'obscures raisons que je ne leur préciserai pas. Ce choix ne fut pas un luxe car j'avais sous-estimé le temps nécessaire pour déplacer mon troupeau de touristes, à l'avenir je saurai qu'un groupe ne progresse pas avec la même moyenne horaire qu'un motard seul. En effet, les pauses sont plus longues ( question de convivialité ) et aussi plus fréquentes pour mieux concilier les besoins de chacun ( autonomie des motos et des vessies ).

La première pause d'ailleurs arrivera vite, c'est à dire environ à 150kms/h pour mario qui nous a fait une inédite: Le coup de la migraine! En effet, nous voyons le GPZ partir seul et à vive allure en direction de la première aire d'arrêt. Arrivés sur place, il nous explique que son casque le faisait souffrir et qu'il a préféré mettre GAZ jusqu'à la première pause pour atténuer la douleur. Car Mario s'est fendu d'un nouveau casque, et celui-ci n'est pas encore fait à sa tête. Partir en balade ( deux jours ) dans ces conditions, c'est comme aller à un mariage avec des chaussures neuves.

Copyright © Nicolas Leroux
Mal au crâne mon grand ?

Suite du voyage brumeuse, nous évoluons dans une véritable mélasse, le genre cumulo-nimbus scotché au sol. Quasiment deux cent kilomètres sans voir plus loin que le bout de son tête de fourche. Les plus pessimistes diront que c'est une constante à chaque balade, le mauvais temps, mais la bretagne leur donnera tort. Car à peine après avoir mis une roue en île-et-vilaine c'est un ciel bleu magnifique qui nous tiendra compagnie pendant toute la durée du séjour.

Sur les coups de 13h, et après avoir abandonné l'idée d'aller musarder sur les départementales, nous arrivons enfin à Trévenaste, lieu dit sur la commune de Sarzeau où nous posons les sacs avant de passer à table. Julie, arrivée la veille, nous a préparé un véritable festin de grillades que nous dégustons en compagnie d'un couple d'amis motard ( Alan et Alexandra, venu participer au week end ) ainsi que Eric, le guitariste de Julie, accompagné de sa femme Olga. Une Joyeuse tablée qui lézarde sur la terrasse à l'ombre des store-ban jusqu'à l'arrivée de Solo vers 16h qui marque le début de la promenade autour de la presqu'île de Rhyus.

Copyright © Nicolas Leroux
Copyright © Nicolas Leroux
Copyright © Nicolas Leroux
Mon coin de paradis
Les motos des outsiders
Les motos du club

Ce sont pas moins de 6 motos qui se suivent tranquilement le long de la côte atlantique: panorama du Grand Mont, Café à Port-Navalo et déviations au Logeo. Aucune vélléité d'arsouille en ce samedi après midi, sur des routes dédiées à la flânerie. Entre bourgs traditionnels et écluses de granit. Une quarantaire de kilomètres tout au plus, avant de rentrer profiter de la plage et, pour les plus téméraires, se baigner.

Copyright © Nicolas Leroux
Copyright © Nicolas Leroux
Baloo et Solo
Mario profite du paysage

19h30 sonne et il est temps de se mettre en route pour le concert de Jazz prévu au programme. Un peu d'essence, une pause au distributeur de billets pour faire les réserves nécessaires à l'achat des frites-saucisses destinées à combler nos estomacs et nous arrivons rapidement sur place. Le " Vigile " ( un bénévole du quartier ) nous envoie nous garer... juste à côté de l'entrée, que c'est bon de retrouver des gens qui apprécient les motards! Nous pénétrons quelques instants plus tard sur le lieu du concert: d'anciennes halles situées au sommet d'une colline sur la commune de Monterblanc, de cet endroit on peut contempler le golfe du Morbihan, pourtant situé à une vingtaine de kilomètres, ainsi que toute la vallée de Vannes. En contrebas, la scène où s'enchainent de grands musiciens de Jazz et, entre deux groupes, Julie venue pousser la chansonnette.

Oserais-je avouer qu'elle était la principale raison de notre déplacement? Pour les autres je ne sais pas, mais en ce qui me concerne je n'aurai raté ça pour rien au monde. Les deux chansons de sa composition qu'elle nous a interprêtées furent les plus Jazzy ( pour rester dans le ton du concert ) mais aussi les plus légères et frivoles de son répertoire. Etant moi même habitué à les écouter, que ce soit au travail avec mon baladeur ou depuis mon canapée lorsque Julie prend sa douche, j'en avais presque oublié la teneur exacte. Et lorsqu'après quelques notes, elle finit par lâcher le bout de robe qu'elle étreignait compulsivement sous l'effet du stress pour rentrer dans le jeu de la scène, mes comparses ne trouvèrent rien d'autre à dire que: "Ah ben dis donc, elle est coquine ta Julie!"

Copyright © Nicolas Leroux

Pourtant, c'était pas du rap ...

( NdTaz : une vrai " Pro " la mômes à entendre absolument )

J'ai pour ma part passé une très bonne soirée à écouter de la bonne musique en dégustant d'excellentes saucisses et j'espère qu'il en est de même pour les autres.

La route du retour à la casa a été l'occasion de se rappeler que nous étions bel et bien en bretagne: Nous roulions de nuit dans la cuvette de St Avé et les pleins phares d'une voiture arrivant de l'autre côté de la colline me laissent voir une forme humaine sur la route, à contre jour. Cette apparition a été très brève car la voiture a baissé ses phares dès qu'elle nous a vu arriver en face, mais suffisament claire pour que je comprenne ce qui était en train de se préparer. En tant qu'ouvreur, je coupe gaz, un coup de warning pour prévenir les autres du danger mais impossible de passer en plein phares à cause de la voiture que nous sommes maintenant sur le point de croiser. Mes feux de croisement ont donc illuminé au dernier moment l'ivrogne qui déambulait à moitié nu au milieu de la voie. Le jeune homme s'est même payé le luxe, à notre arrivée, de faire un pas dans notre direction tout en écartant les bras, histoire de s'assurer qu'on allait bien le bigorner. Malheureusement pour lui, nous roulions suffisament lentement pour avoir pu l'éviter sans encombre. L'histoire ne dit pas s'il a finalement réussi à se faire rouler dessus par quelqu'un d'autre, je n'ai en tout cas pas lu la nouvelle dans les gazettes locales.

Conducteurs ivres morts à la sortie des boites de nuits, jeunes fêtards shootés qui marchent au milieu de la route en pleine nuit... Bienvenue en Bretagne! La région et ses dangers.

On se retrouve finalement chez moi autour d'un dernier verre de lait pour tailler le gras quelques derniers instants avant d'aller retrouver la couette.

Dimanche matin, les convives frisent toute la quintessence du concept " ouikène en Bretagne " avec une séance de glande intensive. Quand " ne rien faire " devient une activité à part entière! On brique les meules pour les plus courageux, on déambule en slip sur la pelouse pour les autres, le petit déjeuner traine jusqu'à 11h. L'exploit de la journée restera la baignade de Solo et Heidi qui ont bravé l'océan glacial pour l'honneur des bretons. Je mettrai une bonne dizaine de minutes à les rejoindre, le temps de m'habituer tout doucement à la disparition d'une partie de mon intimité au contact de l'eau froide.

C'est au prix d'un effort intense que nous décollons finalement vers midi et demi à la recherche d'une crêperie et avec l'espoir de trouver notre bonheur à Theix. Nous restons dans un premier temps broucouille ( comme on dit dans le bouchenois ) et c'est après un coup de fil bien avisé que nous débarquons à "la chaloupe", une petite crêperie qui va bien. Peut être la seule ouverte à 5kms à la ronde, ce qui explique la terrasse bondée et le service un peu long. Nous trainons tant qu'il faut déjà songer à écourter la balade de l'après midi lorsque nous quittons la table, à 15h.

L'itinéraire sera donc raccourci d'une boucle " Questembert - Noyal Muzillac - Peaule " et nous nous contenterons d'un simple " Theix - Sulniac - Berric - Questembert - Rochefort en terre - Malestroit " Solo nous quitte pour un itinéraire bis devant le mener chez lui et j'abandonne mes derniers acolytes sur la route de Rennes en leur souhaitant un bon retour. Il est 16h30, pour moi, la balade est finie... Enfin je pensais...

17h20, coup de fil de mario :

- Moi : " La route se passe bien ? "
- Lui : " Devine..."
- Moi : " Il y a un problème ? "
- Lui : " Nan, une Ducati. "

( NdTaz : un texte arrivera sur cette épisode co/écrit par Baloo et Stinger, et encore merci à Stinger et Lau )

La tuile. Mes gars n'ont jamais dépassé Laval ! Au péage de la gravelle, ils se sont arrêté le temps de ranger les papiers et la ducat' n'a pas redémarré.

Une soirée de galère en perspective pour les potes, et moi navré de ne pas pouvoir aider car coincé dans mon trou à 170kms de là sans internet et sans botin, je ne peux que me faire du souci pour eux.

Heureusement, ils ne passeront pas la nuit sur le bord de la route.

Me voilà soulagé, je peux enfin dire que ce week end en bretagne se termine bien.

Malgré cet ennui sur la toute fin du week end, ça aura été un super moment et je remercie les potes qui ont accepté de faire le voyage pour partager ces deux jours. Donc... Merci et à la prochaine.

@ + Averell Averell - Copyright © Nicolas Leroux


Copyright Moto Club Des Potes, 2007