Photo - 2006

1er édition du Pique Nique d'Etretat

L'intro musicale que vous entendrez deux fois, a été faite suite aux prévisions météorologiques des jours précédents cette balade, car un jour...il devait faire beau le samedi, un autre jour gris, ou encore de faibles pluies alors..................

- Préambule de Taz -

Le premier mot qui me vient en préambule est :

Damned !!!

Mercredi 13 Septembre 2006 au soir, nous étions 14/15 participants à devoir faire la balade mais le Jeudi 14 Septembre 2006 soir j'annonce mon forfait pour raison de grosses fatigues. Ne voulant pas risquer le carton lors de cette balade, je repoussais ma décision depuis le début de la semaine, mais la raison a pris le dessus entre mon envie folle de rouler avec mes Potes et reposer ma jambe.

Donc il est 20h00 ce jeudi soir, j'annonce mon forfait pour cette balade, dans le même instant Le Jé et Talau pour raison personnelle sont obligé de déclarer forfait aussi. Ils sont tous les deux tristes de devoir prendre cette décision mais la vie a ses obligations des fois qui sont incompatibles avec l'envie de rouler. Ils se rattraperont lors de la balade d'Octobre.

L'hécatombe continue le vendredi matin quand Rocky, annonce aussi son forfait, il a un chantier à finir pour samedi soir impératif et il ne peut se défiler.

Je me dis bon ca va s'arrêter là ? BEN NON ! Vendredi 12h00 Mario-Bross me Phone et m'annonce que depuis la veille son Gold est vendue et que "Gertrude" ne lui sera pas livrée avant 10 jours. Il est donc à pied pour samedi GLOUPS!

En l'espace de moins de 24hrs 5 participants sont forfait, mais le reste des troupes répond présent et seront là au départ. JPF, Phihi, Averell, reprennent à la volée l'organisation, évidemment aidés par Zouzou et Harry-Corvert sur la route et sur place.

Alors Bonne lecture de notre 1ère édition de cet incroyable Pique-nique d'Etretat.

@ + le Taz Taz - Copyright © Moto Club Des Potes

- Introduction -

Bonjour,

Une fois n'est pas coutume, c'est moi Averell, votre reporter de l'extrême, qui se chargera du CR de la balade d'Étretat en l'absence de Taz. Bravant les interdits, dépassant les bornes des limites, je n'ai économisé aucun effort pour vous ramener les photos les plus extrêmes, les textes les plus chocs, à en faire pâlir de jalousie un reporter de Paris Match.

Si certains on pu me trouver agaçant avec mon appareil photo tout au long de la journée ( Harry, j'ai plusieurs photos de toi !!! Ha ha ha *rire démoniaque* ) qu'ils s'estiment heureux que le bon sens m'interdise de prendre des photos tout en roulant, sinon j'aurais eu la preuve que pas l'un d'entre nous n'a dépassé les 40 kms/h au cours de cette sortie.

Ces menaces proférées, je peux maintenant vous proposer, si vous en sentez le courage de vous lancer dans la lecture de ce CR, en espérant que celle-ci saura vous divertir

Averell, a sec, sans sel et sans matière grasse.

- Les Forces en présence -

La première question qui se pose à la rédaction de ce CR Comment présenter les membres de cette joyeuse escapade ?

J'ai donc choisi de présenter les protagonistes de cette balade dans l'ordre arbitraire qu'a choisi JPF pour nous placer dans le cortège :

Pseudo

Monture

Jpf

CBF 600

Laurent

Diversion 600

Céline

Harry Covert

CBF 1000

Averell

VFR 800 V-Tec
( Le faux VF )

Heidi

Zouzou

FZ6S

Coco

Phiphi

VFR 800 FI
( Le vrai VFR )

- Le RDV -

Un rendez vous plutôt matinal pour cette balade d'Étretat, puisque c'est à 7h que nous nous retrouvons place de la porte d'Auteuil. Tout le monde est à l'heure… Enfin presque : Zouzou et Coco nous ont informés par téléphone de leur panne de réveil, ils nous retrouveront sur la route. Malgré cela, nous attendons jusqu'à 7h30 au cas où des participants n'ayant pas confirmé leur venue se joindraient à nous. Notre joyeux groupe se fond aisément dans le décor, en effet à quelques centaines de mètres, dans le bois de Boulogne, a lieu la désormais célèbre "Fête à Neuneu" l'occasion pour nous de prendre quelques clichés avant le départ et de nous rappeler que nous ne nous prenons décidément pas trop au sérieux.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

- Le Trajet -

Le départ se fait dans la brume. A la question "tu crois que ça va durer ?" certains ont répondu "Bien sur, le temps que le soleil se lève !" Il faut croire que le soleil ne s'est jamais levé ! Ou alors à notre retour en île de France, vers 16h30… Mais revenons à notre voyage : après quelques kilomètres d'autoroute, nous voyons poindre dans nos rétros le phare d'un FZ6, voila nos retardataires qui prennent leur place dans le convoi mine de rien, avec tellement de naturel qu'on en oublierait qu'ils ne sont pas partis en même temps que nous.

Première pause ( alors que JPF n'était même pas perdu ! ) pour enfiler un pull, c'est vrai qu'il fait frais et humide, nous ne quitterons pas notre pantalon de pluie de la journée.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Nous reprenons la route, pas tous bien réveillés apparemment, puisque Harry a manifestement confondu un Renault Scénic avec le CB600 de JPF, notre Harry national a sagement suivi le Scénic pendant quelques kilomètres, sans chercher à rattraper JPF loin devant qui disparaissait progressivement à l'horizon ! Heureusement, un feu rouge aura tôt fait de regrouper notre petit cortège et nous repartons bien groupés en attendant la prochaine pause…

Qui ne tardera pas à arriver puisque JPF se trompera de route une nième fois à hauteur de Duclair : ce deuxième arrêt est l'occasion pour nous de constater le niveau avancé de logistique déployé par JPF pour faire de la balade un moment agréable. Gobelets et thermos de thé au programme. Chapeau l'organisateur ! Heidi en aurait bien profité mais une envie pressante depuis notre départ lui fait renoncer au thé. Au même moment, votre reporter de l'extrême affronte la rudesse de la nature pour prendre une araignée en photo.

De nouveau sur l'asphalte de la Seine maritime, l'état de la route va en se dégradant à mesure que la journée avance. Question météo, c'est pas de la pluie, une brume pas franche et 100% d'humidité, du coup on ne sait pas si la route est seiche ou mouillée. Dans le doute, certains adoptent un comportement " Route Mouillé " …   … et d'autres un comportement " route seiche " ! Dans les portions viroleuses, JPF est plutôt " route seiche " alors que Lolo, juste derrière, avec sa nouvelle moto et sa passagère adopte une attitude beaucoup plus raisonnable. Tellement raisonnable que c'était la première fois que je voyais Harry se faire bouchonner par quelqu'un !!! ( Allez, je rigole ! ) La seule conséquence de ces différentes approches d'une route mi-seiche mi-mouillée aura été la disparition à l'horizon de JPF à plusieurs reprises lorsque plus de deux virages s'enchaînaient.

Rapidement, les intentions de JPF se sont révélées claires à nos yeux : multiples égarements, demi-tours impromptus, accélérations soudaines lors des sections à virages

… Le bougre essayait de nous semer dès le début. On aurait du s'en douter depuis notre traversée de Rouen, alors que notre guide a brusquement traversé trois files pour s'engager dans un tunnel à la dernière minute. Si votre reporter de l'extrême a risqué sa vie pour le suivre jusqu'au bout, accompagné ( si ma mémoire est bonne ) de Zouzou, coco et Phiphilesquels ont du couper la route à au moins quatre poids lourds et un Boeing 777 qui passait par là pour le suivre ) Harry, Lolo et Céline ( si ma mémoire est toujours bonne ) ont dû continuer leur route sans passer par le tunnel, bravant courageusement l'inconnu et les feux rouges pour nous retrouver quelques centaines de mètres plus loin sur la nationale.

- Etretat -

Nous arrivons enfin à notre destination. Le temps de garer les motos et déjà un groupe de motards belges nous rejoint sur le parking. J'ai tout de suite deviné qu'ils étaient belges quand l'un d'eux a mis sa moto sur la béquille…   … en oubliant de déplier la béquille ! Vlan, le Bandit qui s'écroule sur le GS qui commence lui-même à pencher dangereusement… Quelques éclats de rires de ses confrères et un petit coup de main de ma part plus tard, le bandit 600S était de nouveau en position verticale et la rangée de motos au stationnement sauvée.

Une fois notre groupe installé, plus question de traîner, la plage de galets nous attend pour quelques précieuses minutes de contemplation.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Même si le beau temps n'est pas franchement de notre côté, la vue saisissante de ces falaises vertigineuses et de ces arches naturelles, le bruissement d'une mer calme qui déroule ses vagues sur la grève de galets, la bonne odeur iodée portée par les vents du large suffisent à nous faire oublier tous les petits tracas ! Certains sont nostalgiques de leurs rivages natals, d'autres simplement heureux de contempler ces merveilles d'architecture naturelle. Dans l'ensemble, on peut grossièrement résumer en disant que tout le monde est content d'avoir fait la route.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Des visages qui font plaisir à voir :

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Sur les recommandations de Phiphi, nous pensions ramasser quelques uns de ces sublimes galets pour gratifier les radars de la région de nos amicales salutations, mais rapidement nous réalisons que la loi nous interdit de jeter des galets sur les radars… En effet, il est interdit de ramasser des galets ! Les radars ont de la chance.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Malgré la peur omniprésente de se faire poursuivre ( et peut être même doubler ) par les gendarmes, et pour la gloire du moto club, votre serviteur a tout de même bravé l'interdit. J'ai aujourd'hui le courage de dévoiler la photo que j'ai prise bien plus tard, à l'abri des regards inquisiteurs. J'imagine sans peine l'ampleur des problèmes auxquels je m'expose en rendant public mon odieux larcin, mais la recherche de la vérité n'a pas de prix :

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

La plage, c'est aussi le lieu privilégié de l'insouciance et des jeux : Une algue ou un tas de galets et de grands motards retrouvent les réflexes des enfants qu'ils ont été il y a quelques années.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Après cela, un gastos bien sympathique à la brasserie " la belle époque " où les conseils culinaires de Phiphi sur la cuisson des surgelés n'a laissé personne de glace, pas même notre juvénile voisin de table qui s'en est allé en saluant chaleureusement notre groupe comme pour nous remercier d'avoir apporté un peu de bonne humeur à son repas.

Le temps de se rhabiller et il faut déjà reprendre la route. JPF veut nous faire faire un détour par la route vers Fécamp qui longe la falaise. Mais ce dernier a du surestimer nos cylindrées et le gabarit de nos motos, car un panneau " interdit aux 32 tonnes " lui fait renoncer à son itinéraire et prendre une autre route. A l'issue d'une ascension digne des courses de côte les plus extrêmes, notre groupe arrive enfin à la chapelle d'Etretat où nous découvrons un panorama encore plus impressionnant qu'en bas.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

- Le Retour -

Sur la route du retour pour de bon, nous profitons du beau temps qui se fait de plus en plus présent à mesure que nous approchons de la capitale. Malgré quelques déconvenues pendant le trajet, notamment avec un gang de mobylettes qui occupait toute la route et passait plus de temps à regarder nos motos les doubler qu'à surveiller leur trajectoire, le retour se passe sans problèmes. Une petite pause au " Café de paris " pour les nostalgiques et nous voila bientôt sur l'autoroute.

Copyright © Moto Club Des Potes, 2006
Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

- L'Autoroute -

Notre passage sur l'autoroute mérite son propre chapitre. Après quelques kilomètres à allure subsonique, les 4 cylindres de JPF l'ont subitement démangé de manière irrésistible. Nous suivions dont notre guide à allure modérée lorsque soudain… GAAAAZZZZZZ, on voit partir notre JPF pleine balle dans une ligne droite. Situé à ce moment en troisième position du cortège, j'hésite entre suivre paisiblement mon prédécesseur ou m'élancer à la poursuite de notre incontrôlable guide. Ma conscience professionnelle prendra finalement le dessus, et afin d'honorer dignement la mission que m'a confié le Taz, j'ai du partir à la poursuite de JPF, à regret vous vous en doutez… " Clac-Clac " font les deux rapports qui tombent. " BrôôôôAAAAAA " fait le V-Tec qui s'enclenche. Nous passons en hyperespace à la poursuite de JPVador. Le compteur digital s'affole à mesure que le phare du CBF se rapproche. Mais le bougre en a sous le coude et essore ce qui lui reste de poignée. Passé la barre des 200 kms/h, c'est Heidi qui implore la fin du supplice et je dois à regret laisser s'échapper à l'horizon la petite Honda, bientôt suivie par le VFR de Phiphi qui attendait une occasion de se dérouiller les bielles.

Zouzou, resté derrière volontairement pour ne pas laisser le groupe en retrait nous avouera plus tard avoir éprouvé les plus grandes difficultés à empêcher son poignet droit de tordre vigoureusement le caoutchouc de sa poignée de gaz. Un grand coup de chapeau pour ce geste plus que potesque, c'est vrai qu'à bien y repenser j'ai moi-même un peu honte d'avoir lâché le groupe dans les derniers kilomètres pour satisfaire une pulsion bestiale ( et bien sûr pour accomplir mon devoir de reporter ). Merci Zouzou d'avoir su te contrôler et d'être resté avec les autres.

Le groupe se scinde à hauteur de Versailles où Lolo et sa passagère nous quittent pour rejoindre leur nid. Le reste des protagonistes se sépare place de la porte d'Auteuil, pas moins de 12h après notre rendez vous matinal. Fatigués mais contents on se quitte impatients d'attendre la prochaine sortie.

- Le Clap de FIN -

Pour un reportage qui se voulait empreint d'une objectivité sans faille, force est de reconnaître que c'est raté. Pour ce qui est d'avoir passé un bon moment au point de ne pas pouvoir m'empêcher d'en parler à la première personne, je crois que c'est une réussite.

Allez, on se voit à la prochaine balade, et en attendant faites gaffe sur la route. ( Ha ha, c'est l'hôpital qui se fout de la charité ! )

@ + Averell Averell - Copyright © Moto Club Des Potes, 2006

Retrouver les CR de Heidi et Harry-Covert



Copyright
© Moto Club Des Potes, 2006